Face aux protestations sociales, Foodora quitte plusieurs marchés

Share

La société allemande de livraison de repas à domicile Foodora a annoncé jeudi son retrait d'Australie afin de se concentrer sur d'autres marchés, au moment où elle est poursuivie pour la façon dont elle traite ses travailleurs.

La compagnie qui, comme ses concurrents Uber Eats ou Deliveroo, permet aux particuliers de commander via leur smartphone des repas préparés par des restaurants locaux, a indiqué dans un communiqué se retirer d'Australie le 20 août mais aussi de France, d'Italie et des Pays-Bas, sans néanmoins préciser de date.

Ces derniers mois, Foodora est la cible de nombreuses critiques venues des syndicats de travailleurs. Elle est notamment engagée dans une bataille judiciaire devant un tribunal fédéral avec le Fair Work Ombudsman (FWO). Elle estime que l'entreprise leur a fait signer des contrats fantoches, qui ont entraîné leur "sous-rémunération". Un statut qui, si l'on s'en réfère à la loi australienne, aurait dû conduire à une plus forte rémunération.

Le syndicat des travailleurs des transports (TWU) a accusé Foodora de quitter le pays "pour échapper à ses responsabilités et éviter d'avoir à payer à ses livreurs des millions de dollars de rappels de salaires en conséquence du vol de leur paie".

Face à une concurrence exacerbée, l'allemand Delivero Hero la maison mère de Foodora jette l'éponge en France où il est présent depuis avril 2015.

Share