Un lac d'eau sous forme liquide découvert sur Mars

Share

Ce n'est pas la première fois que de l'eau est découverte sur la planète rouge.

Lancée le 2 juin 2003 par l'ESA, la sonde spatiale Mars Express a permis de mettre en évidence de nombreux phénomènes géophysiques martiens (minéraux hydratés, épisodes volcaniques, aurores polaires, etc).

Pour le moment, même si les données sont précises et accréditent la thèse d'eau sur Mars, les scientifiques restent prudents, au même titre que l'existence de la vie sur la planète rouge.

Cette découverte est sans doute cruciale pour le débat qui occupe les scientifiques depuis des décennies, afin de trancher la question d'une vie possible sur la planète rouge. Et jusqu'ici, l'eau n'était apparue aux instruments envoyés depuis la Terre que sous forme de traces de ruissellement ancien à la surface ou de glace. Il faut préciser que la région étudiée ne possède pas de spécificité topographique, géologique ou géomorphologique particulière, mais qu'elle fait " seulement " partie cette région de la calotte glaciaire Sud composée de couches sédimentaires, de glace d'eau, de poussières et parfois de glace carbonique.

GRAPHIQUESDans de nombreux cratères près de l'équateur martien, la caméra de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter
Sur le même sujet

Aujourd'hui froide, désertique et aride, Mars fût, il y a au moins 3,6 milliards d'années, une planète chaude et humide qui abritait une large quantité d'eau liquide et de lacs. Le radar Marsis, installé sur le satellite, a très vite identifié une anomalie au pôle sud, laissant penser qu'il pourrait exister un lac d'eau liquide. En les analysant, ils ont découvert que l'intense écho revenait bel et bien à chaque orbite et qu'il devait s'agir d'une étendue d'eau liquide. La vie existe et prospère dans les lacs subglaciaires terrestres. "Des conditions similaires sur Mars doivent encore être expérimentalement confirmées, mais cette découverte ouvre de nouvelles voies fascinantes pour l'exploration spatiale ". Effectivement, l'idée de la présence d'une forme de vie dans le lac n'est pas partagée par l'ensemble des experts.

Radargramme obtenu grâce à l'instrument MARSIS. La luminosité correspond à la puissance de l'écho radar. De plus, maintenant que la technique radar a montré son efficacité, d'autres équipes vont pouvoir chercher de l'eau liquide à différents endroits.

Chose certaine, il serait difficile d'envoyer un robot analyser l'eau du lac martien: il est enfoui trop profondément sous la surface. L'eau liquide est assez facile à détecter, car elle renvoie quasiment tout le signal radar qu'elle reçoit; c'est un réflecteur quasi parfait. " conclut Brad Tucker, astrophysicien à l'université nationale d'Australie".

Share