Alaphilippe s'impose dans les Pyrénées — Tour de France

Share

Les jours de repos font du bien à Alaphilippe. Son coéquipier, Philippe Gilbert (Quick Step Floors) a, lui aussi, joué de malchance, dans la descente du Col de Menté. Après une bonne fin d'ascension, il a mis la pression sur Adam Yates, parti seul devant. "Je connaissais le final, je savais que c'était dangereux".

"C'est très novateur. On n'a pas beaucoup de repères, on va donc devoir s'inspirer de ce que l'on fait pour la préparation d'un grand contre-la-montre, ou s'inspirer de disciplines comme le VTT avec des courses de deux heures", précise le directeur de la performance chez AG2R La Mondiale, Jean-Baptiste Quiclet. Le deuxième, son compatriote Warren Barguil en compte 81. J'en ai gagnées deux et j'ai en plus le maillot à pois, vous pouvez imaginer à quel point je suis heureux.

Luchon (2.600 habitants), ville-étape dès 1910 lorsque le Tour s'attaqua pour la première fois aux Pyrénées, reçoit la course pour la 59e fois. Au kilomètre 29, des agriculteurs ont en effet installé des bottes de paille au milieu de la route.

"Il ne faut pas rajouter des dangers aux coureurs cyclistes".

A la veille de l'étape tant redoutée mais prometteuse du col du Portet (65 km), les favoris sont restés sur leur garde. Sauf que les coureurs ont également été touchés par ces gaz. Après quelques minutes de flottement, le peloton est reparti groupé alors qu'aucune échappée ne s'était détachée.

A la sortie d'un virage, Gilbert a basculé au-dessus d'un petit muret, à quelque 59 kilomètres de l'arrivée. Mais elle comporte trois ascensions, sans un kilomètre de plat dans la vallée.

Share